logo

La révolution des matériaux dans l’industrie de la construction

Certains disent que, dans la vie, il faut se renouveler ou mourir. L’industrie de la construction, qui a tellement changé au cours de l’histoire, semble avoir choisi la première option et, de nos jours, elle se prépare, de la main des Sciences, pour passer à un nouveau niveau en ce qui concerne les matériaux.

Ainsi, dans les prochaines années le bois, le béton ou la brique laisseront leur place à d’autres matériaux dérivés sur lesquels des chercheurs du monde entier travaillent sans répis de sorte à ce que les bâtiments du futur deviennent plus résistants et durables.

C’est le cas, par exemple, des chercheurs du KTH Royal Institute of Technology de Stockholm, qui ont développé un nouveau matériau sur le point de bouleverser le monde de l’architecture. Il s’agit d’Optically Transparent Wood (TW) produit qui, au moyen d’un processus qui élimine chimiquement la Lignine du bois, permet que ce dernier devienne blanc. Ainsi, les propriétés mécaniques du bois sont maintenues avec un poids léger mais avec une grande résistance, une densité inférieure et une basse conductivité thermique.

Du bois transparent, nous passons à l’hydroceramics (hydrocéramique), un matériau composé de bulles d’hydrogel capables de retenir jusqu’à 400 fois leur volume en eau, propriété grâce à laquelle les sphères absorbent le liquide et, dans les journées chaudes, évaporent leur contenu, réduisant la température des espaces et pouvant remplacer la climatisation, à l’avenir.

De leur côté, les chercheurs du Royal Melbourne Institute of Technology ont développé une technique pour la fabrication de briques avec des mégots. Cette équipe a découvert que la fabrication de briques avec de l’argile, ayant 1 % de mégots, peut compenser la production annuelle mondiale de cigarettes et fabriquer, par ailleurs, une brique plus efficace et légère.

Au Mexique, le scientifique mexicain José Carlos Rubio Ávalos, à travers un processus de poly-condensation de matières premières comme la silice, les déchets industriels, les alcalis et l’eau a pu changer les caractéristiques optiques du béton pour le rendre fluorescent. Le béton fini est chargé avec de la lumière naturelle ou artificielle et, ultérieurement, dans l’obscurité, il émet cette lumière jusqu’à 12 heures. Cette invention pourrait changer la vie des personnes n’ayant pas accès au réseau électrique.

Découvrez le travail d’Eiffage Energía en Travaux civils et construction.

Sources : LosAndes / CTE Arquitectura

Leave a reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.